Comment bien s’informer pour réussir et prospérer

Brice Schwartz

Comment bien s’informer pour réussir et prospérer

Information freelance
LinkedIn
Twitter
Facebook

Ce matin, vous pensiez avoir eu « une super idée » ? Désolé, mais je crois qu’elle n’est malheureusement pas à vous !

Nos pensées ne sont pas les nôtres. Aucune idée n’émerge du néant. Chacune des 60 000 pensées que nous avons chaque jour en moyenne est un produit de plusieurs facteurs : nos sources d’information, notre expérience, notre capacité à interpréter ce qu’on perçoit, nos idéologies, nos valeurs…

Bref, un savant mélange entre l’information qui nous parvient et notre système de pensées, de croyances et de valeurs.

Bien s’informer est un immense facteur de succès pour progresser, grandir et prospérer, j’en suis convaincu. C’est indispensable pour avancer efficacement vers un objectif, que ce soit la réussite d’une année scolaire, l’obtention d’un diplôme, l’écriture d’un article, le développement de son activité freelance ou encore le lancement d’une entreprise.

Mais comment optimiser son flux de données entrantes (ou plutôt ses sources d’infos pour rester simple) ?

S’abonner en masse… mais avec précision 🧐

Il y a 30 ans, c’était compliqué de s’informer de manière objective, tellement plus qu’aujourd’hui. On lisait un, deux, peut-être trois journaux. On regardait quelques chaînes de télévision. Les plus courageux lisaient plusieurs livres chaque année. Certains avaient la chance de participer à des conférences, des rencontres et autres forums.

Aujourd’hui, il est possible grâce à internet de choisir minutieusement son information. Parfois, cela comporte aussi un risque, celui de l’enfer des algorithmes des réseaux sociaux. Ils enferment chaque utilisateur dans une bulle de contenu qu’il apprécie, le coupant de toute contradiction ou point de vue divergeant.

La meilleure solution que j’ai pu tester est de s’abonner (newsletters, réseaux sociaux, podcasts, etc.) à des personnes plutôt qu’à des médias, ainsi qu’à des entreprises, des ONG, des journalistes, etc. S’abonner en masse, mais rester précis dans ses choix et ne pas hésiter à se désabonner si le contenu proposé n’est pas pertinent, trop fréquent ou peu qualitatif.

Beaucoup d’entre nous se sentent submergés et ne parviennent plus à lire tous les mails, à rester à jour sur les réseaux ou à se tenir informés en temps réel.

Des formats pour tous les goûts 🥳

Si vous n’aimez pas lire, ce n’est plus un souci.

Des milliers de podcasts apportent de l’information directement à vos oreilles, des millions de vidéos sont disponibles gratuitement pour apprendre. Le format livre audio convient également à beaucoup de personnes qui ne prennent plus le temps de lire, même si à titre personnel, je n’accroche pas du tout…

Si à l’inverse vous aimez lire, alors vous n’avez que l’embarras du choix entre les newsletters, les blogs, les bons vieux livres, LinkedIn, etc.

Bref, ce n’est pas le contenu qui manque, sous toutes ses formes. Mais est-ce vraiment nécessaire d’ingurgiter des tonnes d’informations chaque jour ? Quel est l’intérêt ?

Suivre l’actualité, indispensable pour évoluer ? 🤨

J’observe souvent 3 manières de penser parmi les entrepreneurs, freelances et autres créatifs. Notez qu’il n’y a ici aucun jugement de valeur, juste des observations !

Profil #1 : Ni info, ni actu

D’abord, il y a celles et ceux qui s’informent peu car ils considèrent que l’actualité est déprimante et nocive. Ils lisent parfois des articles ou des livres sur leur champ de compétence, mais rien de plus. Ces profils aiment rester coupés du monde, avancer sur leurs projets, échanger avec leurs pairs, passer du temps entre amis et en famille, lire des classiques, etc. Ils se sentent généralement plutôt épanouis et progressent tranquillement, à leur rythme.

Profil #2 : Beaucoup d’info, très peu d’actu

Ensuite, d’autres font le choix de ne pas suivre l’actualité mais de s’informer énormément sur leurs centres d’intérêt, leur secteur d’activité et leur marché. Ils dévorent quotidiennement toutes les ressources de qualité qui leur tombent sous la main. Ils restent donc coupés du monde réel et de la société mais sont excellents dans leur domaine. Souvent, ils sont très heureux et ont beaucoup de succès. Antoine BM en est un excellent exemple : c’est un expert reconnu, mais il est à l’ouest dès qu’il sort de son domaine de prédilection. La preuve, il est complètement à côté de la plaque dès qu’il parle écologie, société, social, politique ou psychologie.

Profil #3 : Trop d’info, énormément d’actu

Enfin, il y a les drogués de l’actualité et de l’information. J’estime en faire partie, mais je me soigne ! Cette dernière catégorie passe souvent des heures sur Facebook, Twitter, LinkedIn et le web en général. Suivre l’actualité n’est plus un loisir ou une activité du quotidien, c’est une nécessité et ne pas rester informé heure par heure du dernier scandale politique en date ou du soulèvement populaire rendrait presque nerveux. Ce type de profil a une vision d’ensemble sur la société et sur le monde, ainsi que sur son métier, ce qui lui permet d’agir avec plus de recul et ne pas s’engouffrer dans les dernières tendances. Le problème, c’est que toute cette information provoque colère, tristesse, joie, étonnement, dégoût, fascination puis, parfois, haine (le tout en 3 minutes de scroll sur Twitter). Parfois désensibilisé aux petits bonheurs du quotidien, ce genre d’accro n’est pas toujours au top de sa forme et peut parfois perdre espoir alors que tout va au mieux dans sa propre vie. Mais en parallèle, cette compréhension du monde (ou l’impression de le comprendre) procure satisfaction et sérénité, c’est en tout cas ce que je ressens.

Quel est alors le juste milieu ? Comment s’informer ? En fait, tout dépend du choix de chacun. Il n’y a pas de règle. C’est à vous à voir.

Trop s’informer fait douter de tout.

Il devient impossible de faire confiance aveuglément à une personne et encore plus à une entreprise ou à une personnalité politique.

Ce doute permanent peut être dangereux.

Mais personnellement, il m’aide à construire mon activité et ma vie en accord avec des valeurs qui me sont chères. Je ne peux avancer avec des oeillères, l’aveuglement me rendrait fou.

Alors même si se désintoxiquer de l’excès d’information n’est pas simple, je me demande parfois si c’est réellement nécessaire : après tout, c’est cette masse de données collectées chaque jour depuis environ 5 ans qui a fait de moi ce qui je suis aujourd’hui.

S’informer intelligemment, c’est possible ? 🤷‍♂️

Selon moi, l’information est donc primordiale pour avancer sainement et éviter les prises de conscience futures, qui arrivent trop tard. Si trop d’information tue l’information, il appartient à chacun de trouver son juste milieu, celui qui apporte des éléments clés sans nuire au bonheur. Mais est-il possible de s’informer mieux, de manière plus juste, plus efficace ?

Après avoir testé pas mal de méthodes ces dernières années, voici mes conseils :

Ne plus regarder la télévision : la plupart de ce qu’il s’y passe et des gens que vous y voyez sont totalement déconnectés de la réalité. C’est une élite bourgeoise qui fait de l’entre-soi. En plus, vous y apprendrez rarement des choses utiles pour votre projet… Mais bien sûr, il y a des exceptions, comme Cash Investigation, Envoyé Spécial ou Clique qui sont de grande qualité.

Choisir 10 à 20 newsletters auxquelles s’abonner : moins, c’est peu et trop restrictif, plus, c’est très compliqué à lire régulièrement. Si vous voulez des idées, j’en ai quelques-unes à vous recommander.

Ecouter des podcasts en marchant, dans les transports et en faisant du sport : ce format est très qualitatif et il y en a qui m’ont énormément apporté. Le format est facile à consommer (même si je n’aime pas ce terme) et bien qu’on retient moins bien l’information qu’en la lisant, on y apprend beaucoup.

Lire les livres recommandés par des personnes qui vous inspirent : pour éviter de perdre votre temps à lire des ouvrages dont seul le titre vous intéresse, choisissez en fonction des recommandations de personnes que vous admirez et suivez. Vous risquez peu d’être déçu.e.

Passer du temps sur Twitter et LinkedIn en s’abonnant aux bons comptes pour vous : si vous aimez le sport, si l’effondrement de la société industrielle vous inquiète, si vous cherchez des conseils business, si la politique vous passionne, si vous soutenez les gilets jaunes, si vous cherchez des solutions pour consommer plus éthique… vous trouverez très largement votre bonheur sur les réseaux sociaux. Attention toutefois à ne pas tomber dans l’engrenage des algorithmes mentionné plus haut : pensez à varier les sources et à ne pas croire sur parole un compte, même si c’est un compte officiel, le gouvernement ou quelqu’un que vous appréciez.

Suivez des experts reconnus dans votre domaine d’activité : sur Twitter, LinkedIn, via une newsletter ou autre, vous aimez certainement un Gary Vaynerchuk, un Seth Godin ou un Stan Leloup dans votre secteur.

Suivez des journalistes et des médias indépendants et alternatifs pour vous informer sur l’actualité de manière plus objective : Médiapart, Basta, Brut, Le Media, QG, etc.

Regardez des vidéos sur YouTube et exploitez la magie de l’algorithme des recommandations : sur YouTube, il n’est pas rare que je me perde et que je découvre de nouvelles personnes à suivre complètement par hasard. Abonnez-vous à des chaînes qui vous intéressent, mais misez aussi sur le destin (l’IA, plus précisément) : vous pourriez tomber sur une bonne surprise.

Actualité =/= information ⚠️

On peut tout à fait s’informer sans suivre l’actualité. Même si les deux notions s’entremêlent parfois dans cet article, je fais bien la distinction. S’il est pour moi très compliqué de réussir quoi que ce soit sans bien s’informer au préalable et en continu, il n’est pas vital de se tenir au courant de l’actualité : c’est juste une aide précieuse pour avoir une vision globale, un point de vue plus éclairé et un certain recul sur le monde, la société et la vie.

Nos idées ne sont pas uniquement les nôtres, elles trouvent leur source dans toutes celles entendues ici et là. Alors écoutons-en au maximum.

Et vous, considérez-vous également que l’information est la matière première numéro 1 pour construire un projet et prospérer ?

👋 Chaque lundi on parle freelancing, content marketing & résistance écologique. Rejoignez la newsletter ! 🤳

Il se peut que je vous parle aussi marketingcopywritingentrepreneuriat et même développement personnel… comme ça, vous le savez.

LinkedIn
Twitter
Facebook

Une réponse

  1. Thomas dit :

    Tout d’abord waw ! Quel article ! J’ai raffolé de ce billet !
    Pour ma part, je pense qu’il est nécessaire de rester informé de ce qu’il se passe dans le monde, se déconnecter totalement de l’information, c’est comme si on se déconnectait totalement de la réalité. Mais il est en effet nécessaire de trouver un juste milieu. Je trouve que les réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle dans la transmission de l’information, du coup c’est facile de rester connecté avec le monde tout en nous concentrant sur nos centres d’intérêt, notamment grâce à Facebook !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *