Freelance : comment trouver des clients sur Malt ?

Brice Schwartz

Freelance : comment trouver des clients sur Malt ?

trouver des clients sur Malt
LinkedIn
Twitter
Facebook

Être freelance, c’est être toujours en quête des meilleurs canaux pour attirer ses clients idéaux.

Mais si les « plateformes de freelances » jouant le rôle d’intermédiaires de mise en relation entre clients et indépendants ont parfois mauvaise presse, toutes ne sont pas à mettre dans le même panier. Mise en concurrence, commission… certes, mais aussi acquisition.

Malt est un excellent canal d’acquisition et l’une des meilleures plateformes pour trouver des clients, selon mon expérience. Mais justement en parlant d’expérience, il est assez difficile de s’y lancer sans en avoir.

Avec un bon profil, de l’expérience et des stats sympathiques, il devient plutôt simple d’acquérir des clients via Malt. C’est d’ailleurs en partie grâce à cette plateforme que j’ai pu arrêter la prospection.

Mon histoire avec Malt

Aujourd’hui, la plupart de mes clients proviennent de LinkedIn ou de Malt. Evidemment, ce n’était pas le cas il y a 2 ans et ça n’est pas arrivé du jour au lendemain…

Au lancement de mon activité, j’allais les chercher sur Crème de la crème, 404Works, en prospectant des agences ou en contactant des CEO sur LinkedIn.

Je me suis inscrit sur Malt juste après son changement de nom (avant, c’était Hopwork). Mais pendant des mois, rien. Le néant. En même temps, quel client sain d’esprit choisirait un freelance avec très peu d’expérience, aucune mission sur la plateforme, aucune étoile, aucune recommandation ?

Le statut et badge « New Malter » permet certes d’être favorisé par l’algorithme, mais la comparaison est très forte avec les dizaines d’autres profils (souvent meilleurs).

Alors j’ai décidé de forcer le destin.

Et au départ, si vous voulez vraiment capitaliser sur Malt pour trouver des clients, c’est ce que je vous recommande également.

J’ai invité pas mal de mes clients à passer par Malt via Malt Open, une fonctionnalité pour passer via la plateforme sans frais pour la première mission et avec frais réduits ensuite (normal, vous apportez du business à Malt). J’ai aussi demandé des recommandations externes à des anciens clients.

C’est ainsi que j’ai obtenu mes premiers avis, mes premières étoiles et juste après, mes premiers clients via Malt.

Jackpot.

Aujourd’hui, c’est beaucoup plus simple car j’ai construit mon profil au fil des années et des missions. Je reçois entre 1 et 3 messages par semaine, pas toujours pour des missions intéressantes, mais c’est quand même souvent le cas.

Il était temps que je me démarque ! C’est d’ailleurs le principal reproche fait à ces plateformes, même Malt : la mise en concurrence. Chaque freelance est unique, c’est un professionnel qui travaille selon ses méthodes, sa personnalité et ses talents. On ne devrait pas pouvoir comparer plusieurs profils pour choisir le moins cher (comme c’est souvent le cas).

Maintenant que vous savez tout sur la manière dont j’ai réussi à trouver des clients sur Malt, passons à la pratique.

Créer un profil béton pour être bien référencé

Le plus important sur la plateforme Malt, c’est votre profil. Puisque c’est votre seul point de contact avec les clients et que ce sont eux qui vous contactent, pas le choix : vous devez vous montrer sous votre meilleur jour et utiliser tout votre talent en personal branding.

Alors prenez quelques heures pour peaufiner :

1. Votre titre : il doit être clair, le plus précis possible et correspondre à votre coeur de métier. Par exemple : évitez « Consultant Marketing », privilégiez « Expert Facebook Ads » ou « Rédacteur de contenu web SEO ».

2. Votre photo : montrez votre plus beau profil avec une photo professionnelle (soignée, de face avec un petit sourire, bien nette, si possible prise par un photographe).

3. Votre résumé : comme sur LinkedIn, c’est ici que vous vous vendez en quelques mots. Soyez exhaustif, placez des mots-clés propres à votre activité, construisez une histoire et un discours qui sont cohérents et une fois encore, soyez précis. Détaillez, détaillez, détaillez. Vous disposez de 2 000 caractères, profitez-en !

4. Vos compétences : elles jouent un rôle majeur pour que l’algorithme de Malt vous identifie correctement. Alors misez sur les 10 ou 20 qui vous correspondent le mieux et placez les plus pertinentes en premier.

5. Vos expériences, formations et certifications : ce n’est pas le plus important, mais cela reste nécessaire pour que les clients puissent vous cerner et comprendre votre parcours. Renseignez tout mais sans nécessairement entrer dans les détails.

6. Votre portfolio : c’est long et ça prend du temps… mais un bon portfolio donne de précieux indices à vos clients sur vos compétences et votre style. Quel que soit votre métier, vous pouvez uploader des travaux qui représentent votre travail.

7. Vos recommandations externes : demandez à vos clients (anciens ou actuels) de vous laisser une recommandations sur Malt ! C’est un excellent moyen de gagner en légitimité et en visibilité sur la plateforme.

8. Votre TJM : même d’ordinaire si vous ne facturez pas à la journée, vous devez afficher un Tarif Journalier Moyen sur votre profil. Pas facile de définir sa valeur, la preuve : la plupart des freelances se vendent trop cher ou se bradent. Mon conseil ? Si vous débutez (dans votre métier et pas forcément en freelance), choisissez un TJM entre 200 et 300 € / jour, après environ 5 années d’expérience montez autour de 400-500 € / jour et au-delà d’une certaine séniorité, c’est à vous de voir : 700, 900, 1 500 ? Tout dépend de la valeur apportée et de votre valeur perçue.

Ensuite, plus qu’à laisser agir l’algorithme… et à proposer à quelques clients de passer par Malt Open pour collecter les missions, étoiles et les commentaires.

Augmenter sa réputation sur Malt pour être davantage approché

Malt fidélise ses freelances et ses clients (mais surtout ses freelances). La plateforme fait tout pour qu’un maximum de votre activité s’y passe. Du coup plus vous réalisez de missions avec Malt, plus vous gagnez en visibilité et en réputation.

Début novembre, pour développer encore davantage ce principe, Malt a lancé le programme Super Malter, où votre statut évolue de manière visible avec gamification au fil des missions.

Alors bien sûr, il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier, en investissement comme en acquisition client. Mais pour pouvoir trouver des clients sur Malt, il va falloir utiliser la plateforme, il n’y a pas de moyen plus efficace. Une fois encore, Malt Open est ici avantageux car la première mission est sans frais. Opérez ainsi au moins au début : une fois une certaine réputation acquise, vous pourrez cesser d’inviter vos clients à passer par Malt.

En synthèse : trouver des clients sur Malt, c’est facile ?

Rien n’est jamais facile. Mais étonnamment, plus on travaille, plus les choses deviennent simples. Dingue, non ?

Alors en optimisant votre profil et en développant pas à pas votre réputation, votre visibilité et votre notoriété sur Malt, nul doute que les demandes entrantes commenceront à arriver et à se multiplier.

Alors bon courage, c’est la patience et la régularité qui feront votre succès sur Malt (comme dans la création de contenu d’ailleurs) !

Et si votre truc c’est plutôt LinkedIn, découvrez comment j’y trouve la majorité de mes meilleurs clients.

Si cet article vous a plu, je suis certain que d’autres articles du blog vous feront le même effet.

👋 Chaque lundi on parle freelancing, content marketing & résistance écologique. Rejoignez la newsletter ! 🤳

Il se peut que je vous parle aussi marketingcopywritingentrepreneuriat et même développement personnel… comme ça, vous le savez.

LinkedIn
Twitter
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *